Nc-sport.com
Fil Actu

Windsurf : Basile Jacquin, retour aux sources pour l’un des prodiges de l’ACPV !

Basile

Basile Jacquin, 18 ans, est de retour sur le Caillou depuis peu. Ce champion de Windsurf, sport qu’il pratique sérieusement depuis 4 ans, est parti en janvier pour intégrer le tour professionnel (PWA). Après la Corée, le Japon et l’Europe, il profite d’une pause de mi-saison pour rentrer se ressourcer auprès de sa famille et de ses amis ! Zoom sur ce champion au parcours impressionnant !

Basile

Bonjour Basile, comment se sont déroulés ces derniers mois de compétitions pour toi ?

Cela a commencé en début d’année avec un stage d’un mois intensif à Lanzarotes dans les îles Canaries. Puis à mon retour en France j’ai attaqué les compétitions AFF de Fun Board en Senior. Ensuite j’ai enchainé en avril avec une victoire aux championnats du monde IFCA à l’Almanarre dans l’Hyère avec la team de l’ACPV. Puis je suis partie en Asie sur les deux premières étapes de PWA en Corée et au Japon. Je finis dans le top 16 mondial, avant d’attaquer l’étape de la Costa Brava en Espagne. Cette compétition a été particulière, j’ai commencé avec beaucoup de casse matériel du coup j’étais 40ème, dans les choux ! (sourire) Mais je n’ai rien lâché et au final je finis 19ème donc je suis plutôt content aux vues des conditions. Enfin j’ai terminé avec des compétitions difficiles, notamment celle de Texel aux Pays-Bas, dans des conditions météos super dures. C’était juste horrible. J’ai eu un début de compétition compliqué, avant de remonter pour finir à la 6ème place. Et là je suis rentré sur le Caillou, donc c’est le « Paradise » !

Basile

©PWA

Content d’être rentré ?

Quand j’ai entendu dans l’avion « Nous abordons notre descente vers Nouméa… » j’ai eu des frissons ! (sourire). Depuis que je suis rentré je profite un max avec les copains et la famille. On est tout le temps à l’eau, dernièrement on était à la passe de Dumbéa pour un  coup de vague, c’est vraiment Top !

Basile

Entouré de ses proches

Qu’est ce qui a été le plus difficile pour toi en Europe ?

C’est d’être tout seul ! Surtout sur les compétitions, quand tu dois tout gérer, ton matos, tes repas, ta compète… ne serait-ce que pour avoir de l’eau. C’était dur au début, mais tu apprends très vite à te débrouiller. Et puis j’avais des copains dans la même situation, donc après on s’entraide, et tout s’est bien  passé. 

Il y a une grosse différence avec le niveau local ?

Oui il y a un « gap » entre les deux. Entre aujourd’hui et il y a un an, je sens que j’ai vraiment progressé, et pas seulement techniquement. Sur tout, la gestion du matos, comment aborder une compétition mentalement… et j’ai gagné en régularité. Ensuite localement on a des conditions quasi parfaites toute l’année, du coup quand tu arrives en Hollande où c’est pourri, où il faut gérer au moins 4 voiles sur la plage, faire en sorte qu’elles ne s’envolent pas tout en restant à fond dans la compétition… C’est chaud. Ce sont des trucs tous bêtes mais qui au finale font une grosse différence.

Basile

©PWA

Quel est ton point fort sur une planche ?

Je ne suis pas un des mecs qui va le plus vite, mais j’ai un bon rapport Départ / Vitesse / Jibe. Je prend souvent de très bon départ de course, et mentalement j’arrive à prendre beaucoup de recul.

Quelle est la suite pour toi ?

Là cette semaine on part avec une délégation sur Tahiti pour une compétition, ensuite je pars directement de Papeete pour l’étape Fuerte de la PWA en Espagne, puis j’enchaine au Danemark, en Allemagne et je finis par la Nouméa Dream Cup sur le Caillou en Novembre. 

Enfin Basile, quel conseil tu donnerais à la génération de planchistes qui te suit ?

Celui de toujours rester motivés et concentrés. Là ou tu progresses le plus c’est quand tu es mauvais ! (sourire) C’est à dire dans les compétitions ou rien ne va, c’est en continuant d’avancer sans rien lâcher que tu évolues vraiment. Il faut continuer d’essayer, d’essayer et encore d’essayer, et ça va finir par passer. C’est ce qui m’est arrivé à la Costa Brava, on a fait 8 manches, à la moitié j’étais 40ème et au final je finis 19ème. C’est une belle remontée.

Basile

©Laurens Morel via Basile Jacquin

On les connait tous, ces moments où à l’entrainement t’as pas envie d’aller sur l’eau, ou dans une compétition à la pause t’as plus envie d’y aller… C’est à ce moment qu’il faut se bouger ! C’est là que tu progresses.

J’en profite pour remercier mes parents, ma famille, mes amis, et tous mes sponsors comme Service +, LTN, Pro Pêche, Mystic Calédonie, et tous les autres. Merci à tous parce que sans vous je n’en serais pas là.

Bravo Champion pour ton parcours, et bon courage pour la suite de ton aventure.

Suivez l’actualité sportive du Caillou sur www.nc-sport.com.

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply